Questions/réponses avec Cécile Roumiguières

Fonction
Autrice
Publié le 16 mars 2021
Chapô

Comment a-t-elle commencé l’écriture ? Quelle était la place du livre quand elle était enfant ? Comment trouve-t-elle l’inspiration ?

Nous avons interrogé Cécile Roumiguières sur son travail d’autrice : découvrez ses réponses !

Image
Questions/réponses avec Cécile Roumiguières
Questions/réponses avec Cécile Roumiguières
Contenu
Texte

J'ai longtemps travaillé la nuit. J'aime bien quand même cette heure tranquille, quand il n'y a plus de bruit, plus rien. 

Texte

Comment a commencé l'écriture ?

Elle a commencé par l'oral. Avec mes cousins, on inventait des histoires, l'été. Et à la fin de l'été, je me souviens, il y avait une vieille école désaffectée avec un préau et on en faisait notre théâtre. Et à la fin de l'été, on jouait nos pièces à nos parents. Donc on était tout fiers !

Enfant, est-ce qu'il y avait des livres chez vous ?

J'étais dans une famille où il n'y avait pas de livres. Mes premiers livres sont arrivés, si j'ose dire avec moi puisque je suis l'ainée. 

Comment trouvez-vous l'inspiration ?

Je la trouve dans la rue, je la trouve dans la forêt, dans la nature, face à la mer, je la trouve en regardant tout ce qui se passe autour de moi.

Vous êtes un livre ouvert ou il faut lire entre les lignes ?

Peut-être entre les lignes, quand même.

Rat de bibliothèque ou rat des champs ?

Un endroit où j'adorais lire en vacances, c'était près d'une fenêtre, assise sur le rebord d'une fenêtre et je voyais un champ de blé. 

Littérature française ou étrangère ?

Pareil, je ne peux pas choisir, c'est pas possible de fermer le monde. 

Classique ou fantastique ?

Y'a du classique fantastique. Un de mes auteurs qui m'a fait grandir en littérature, c'est sûrement Guy de Maupassant.

Vous travaillez de jour ou de nuit ?

J'ai longtemps travaillé la nuit. J'aime bien quand même cette heure tranquille, quand il n'y a plus de bruit, plus rien. 

Parlez-nous de votre dernier roman ?

C'est Filles de la Walïllü, c'est un roman. Et je suis assez contente d'en parler parce que c'est un matriarcat, ça se passe sur une presqu'île, les hommes sont à la pêche donc pas souvent là et je voulais faire grandir une jeune fille dans ce monde-là. Qu'est-ce que ça change de vivre dans un monde géré par les femmes ?

Est-ce qu'un livre peut transformer quelqu'un ?

Je pense que quand j'ai lu Anaïs Nin ça m'a transformée quand j'étais adolescente. Ça ouvre des choses en soi. 

Quelle relation avez-vous avec les lecteurs et les lectrices ?

Y'a quelque chose, un partage qui est essentiel sinon, on écrit pour soi et ce n'est pas la peine d'être édité, enfin, c'est autre chose. Et moi mon métier, c'est de partager l'histoire avec les lectrices et les lecteurs donc j'ai hâte de les retrouver.